VISIBILITE

Google Panda reprend en main votre E-Réputation

Les pré-requis Kung Fu Panda

En janvier dernier, Matt Cutts, l’expert et pédagogue de Google en matière de SEO, avait annoncé l’arrivée du successeur de Google Caffeine : j’ai nommé Google Panda. Une importante mise à jour de l’algorithme Google ayant pour objectif de diminuer le spam sur le moteur de recherche et prête à chambouler les stratégies SEO des sociétés actuelles. Déjà actif aux US et dans les pays anglophones, Panda fait maintenant trembler la France.

Google cherche en fait à « nettoyer » son moteur de recherche en privilégiant les contenus et les sites de qualité et en tentant de déjouer les tours de petits malins capables d’utiliser des techniques pour référencer des sites de « mauvaise qualité » (les sites ciblés sont ceux qui ne proposent quasiment que de la publicité sans réel contenu original).

Ce que tout le monde craint sont les famueuses pénalités que Google va infliger à un site utilisant des pratiques désormais considérées comme abusives : contenu dupliqué, publicité abusive, pages indexées à faible contenu, production de contenu automatisé et optimisé pour le référencement… Google ne juge plus les pages en tant que telle mais l’intégralité du site web. Si une seule page déroge aux règles de Google, tout le site peut être pénalisé.

Google conseille en fait aux sites de ne pas se concentrer sur une stratégie de référencement mais plutôt sur l’expérience utilisateur et les contenus de qualité. Désormais trop de SEO tue le SEO, car si Google détecte toute forme de référencement abusif, tout le site en pâtira. L’expert SEO va donc devenir une sorte de concepteur rédacteur web.

Les objectifs principaux pour Google sont donc bien d’éradiquer le Black Hat SEO ainsi que les fermes de contenu et de se tourner vers du référencement éthique et naturel. Les sites en Flash vont également prendre un sévère coup dans l’aile, cette technologie n’était déjà pas idéale pour le référencement, mais Panda met désormais ces types de site hors course.

Indigestion d’eucalyptus : les conséquences aux Etats-Unis et au Royaume-Uni

Rectification suite au tweet de @stephpuchois : les pandas mangent du bambou pas de l’eucalyptus (c’est les koalas ;) : http://bit.ly/jf63Iu

Déployé fin avril aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, le Panda de Google a fait du dégât sur son passage. Parmi les chutes de visibilité les plus marquantes on retrouve :

– Aux USA : articlesbase.com (-94%), findarticles.com (-90%), wisegeek.com (-77%)

– Au UK : qype.co.uk (-95%),dooyoo.co.uk (-94%),  twenga.co.uk (-92%)

source chiffres : pcinpact.com

Au final, Google déclare n’avoir impacté « que » 12% des résultats, mais forcément qui dit perdant d’un côté, dit gagnant de l’autre. Comme le montrent ces chiffres, les agrégateurs de contenus sont les plus touchés, mais ceux qui produisent des contenus originaux ont pu bénéficier d’une hausse de leur visibilité comme Metro.co.uk (+ 21%), Youtube.com (+ 19%), Vimeo, WordPress et Dailymotion (+ 18%).

source chiffres : nouvelobs.com

Le nouvel algorithme favorise les supports sociaux

Avec l’arrivée prochaine de Google Panda en France, il faut plus que jamais affirmer sa présence sur les réseaux sociaux : plus vos contenus seront « aimés » ou « retweettés », plus le référencement de votre site sera bon (pensez donc à intégrer les boutons « j’aime » de Facebook ou « Tweet » de Twitter sur vos pages). Panda faciliterait presque le travail des Community Managers.

C’est ce qu’on appelle le Social SEO : les moteurs de recherche, voulant donner de plus en plus de résultats en temps réel, reprennent les flux de vos comptes Twitter et Facebook. En optimisant les mots clés et les liens dans ses posts Facebook et ses tweets, on transforme le buzz généré en trafic vers le site.

Il faut également prendre en compte la fréquence de partage de vos contenus sur les réseaux sociaux. Il faut donc y être présent, animer sa communauté mais surtout proposer des contenus de qualité sur vos supports pour qu’ils soient ensuite repris sur Facebook, Twitter & co.

Les autres choses à faire pour optimiser votre site :

– Améliorer ou supprimer vos pages à faible contenu
– Ajuster ou dinimuer vos emplacement publicitaires (ou les placer hors de la ligne de flotaison)
– Diminuer ou éviter le recours à la technologie Flash
– Optimiser vos liens sortants vers des sites de qualité

Conclusion : Google aurait-il cédé aux lobbying des marques ?

Ou considère-t-il qu’une plainte d’un consommateur ne doit figurer en 1ere page de celui ?…
Nous savons que l’e-reputation est l’ensemble des traces positives et négatives sur Internet, or deux supports dominent l’impact de votre e-reputation :
  • GOOGLE : les 2 premières pages font l’e-reputation d’une marque
  • Les forums d’avis complètent celle-ci
De ce fait quand nous voyons l’exemple de CIAO en Angleterre qui se fait fortement pénaliser, on peut se demander si ce critère provient d’une demande généralisée des marques. A moins que Google n’estime en toute impartialité que ce genre d’information ne peut plus arriver dans les tops résultats.
La grande question est maintenant de savoir quand Panda arrivera en France car, normalement, nous pourrions faire la prévision du trafic grâce à nos homologues anglophones. On a entendu parler de fin avril, puis fin mai, et certains se demandent même s’il ne serait pas déjà déployé sans l’avoir annoncé… Il ne vous reste plus qu’à optimiser vos sites, foncer sur les réseaux sociaux et surveiller vos stats !

Article co-écrit par Nicolas2fr et Michael

You Might Also Like

3 Commentaires

  • Reply
    Damien
    25 mai 2011 at 12 h 54 min

    Superbe article. j’aime la référence à l’e-réputation.
    Aux marques maintenant de mettre en place un ensemble de stratégies pour faire arriver un contenu contextualisé et pertinent en première page Google (sur les 10 premiers résultats cette fois) quelque soit la requête.

    A voir, si des petits malins vont se placer dans la niche crée par Google et mettre en place des moteurs de recherche basé sur les avis des internautes ou les réseaux de contact twitter et Facebook de l’internaute réalisant sa recherche(cf l’outil wasam)

  • Reply
    Jibe - Formateur Web
    26 mai 2011 at 11 h 05 min

    Effectivement le Panda est efficace pour virer les intermédiaires repeteurs pollueurs, une certaine façon de se dédouaner envers les marques.
    Un peu irritant (pour rester poli) ce tout ou rien : Si une seule page déroge aux règles de Google, tout le site peut être pénalisé.
    Ca ressemble un peu a un avis de faiblesse quant a la qualité des critères de détection utilisés par Google.
    Et en ce qui concerne l’impact de réseaux sociaux, ce doit être la première fois que Google ne gère pas les infos en direct mais doit passer par des tiers.

  • Reply
    ivanoff
    26 mai 2011 at 13 h 23 min

    « L’expert SEO va donc devenir une sorte de concepteur rédacteur web. »

    Parce qu’il ne l’est pas déjà ? Pour moi, Panda ne change rien. Il n’a un impact que sur des sites bien spécifiques comme les agrégateurs de contenus a la wikio, comparateurs de prix ou autres sites qui polluaient bien les SERP. Pour un site classique, l’impact négatif devrait être négligeable même s’il faut suivre ca de pres.

  • Répondre

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.