DIGITAL

Manipulation de masse à une échelle industrielle / Cambridge Analytica Acte 2

Qu’est ce que Cambridge Analytica?


Cambridge Analytica Ltd (CA) était une société britannique de conseil politique qui pratiquait le détournement d’actifs numériques, l’exploration, courtage et l’anayse des données, avec la communication stratégique pendant les processus électoraux.

Elle a été créée en 2013 en tant que ramification du groupe SCL. La société a cessé ses activités en 2018 suit au scandale des données de Facebook-Cambridge Analytica, bien que des entreprises liées existent toujours.

La société avait des bureaux à Londres, New York et Washington. Le PDG Alexander Nix a déclaré que Cambridge Analytica a participé à 44 courses politiques aux États-Unis en 2014. En 2015, Cambridge Analytica a effectué des services d’analyse de données pour la campagne présidentielle de Ted Cruz, en 2016, CA a travaillé pour la campagne présidentielle de Donald Trump ainsi que pour Leave.EU (une des organisations faisant campagne lors du référendum du Royaume-Uni sur l’adhésion à l’Union européenne). Le rôle de Cambridge Analytica dans ces campagnes a été controversé et fait l’objet d’enquêtes judiciaires dans ces deux pays. Les politologues remettent en question les affirmations de Cambridge Analytica quant à l’efficacité de ses méthodes de ciblage des électeurs.

Une fuite explosive de dizaines de milliers de documents de la défunte société de données Cambridge Analytica est sur le point d’exposer les rouages internes de l’entreprise qui s’est effondrée après que l’Observer ait révélé qu’elle avait détourné 87 millions de profils Facebook.

Plus de 100 000 documents relatifs à des travaux menés dans 68 pays qui mettront à nu l’infrastructure mondiale d’une opération utilisée pour manipuler les électeurs à « l’échelle industrielle » devraient être publiés au cours des prochains mois.

Cela vient du fait que Christopher Steele, ancien chef du bureau Russie du MI6 et l’expert en renseignement derrière le soi-disant « dossier Steele » sur les relations de Trump avec la Russie, a déclaré que bien que l’entreprise ait fermé, l’échec à punir correctement les mauvais acteurs signifiait que les perspectives de manipulation des élections américaines cette année étaient encore pires.

La publication de documents a commencé le jour de l’an sur un compte Twitter anonyme, @HindsightFiles, comportant des liens vers des documents sur les élections en Malaisie, au Kenya et au Brésil. Il a été révélé que les documents provenaient de Brittany Kaiser, une ancienne employée de Cambridge Analytica devenue dénonciatrice, et qu’ils étaient les mêmes que ceux cités par l’enquête de Robert Mueller sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016.

Kaiser, qui a joué dans le documentaire The Great Hack, sélectionné pour les Oscars sur Netflix, a décidé de rendre public son enquête après l’élection du mois dernier en Grande-Bretagne. « Il est clair que nos systèmes électoraux sont très ouverts aux abus », a-t-elle déclaré. « J’ai très peur de ce qui va se passer lors des élections américaines de cette année, et je pense que l’une des rares façons de nous protéger est de diffuser le plus d’informations possible. »

Les documents ont été récupérés sur ses comptes de messagerie et ses disques durs, et bien qu’elle ait remis certains documents au Parlement en avril 2018, elle a déclaré qu’il y avait des milliers et des milliers de pages supplémentaires qui montraient une « ampleur et une profondeur du travail » qui allait « bien au-delà de ce que les gens pensent savoir sur le scandale de Cambridge Analytica. »

Steele a fait une rare intervention publique pour commenter les fuites. Il a déclaré que, bien qu’il ne sache pas ce qu’elles contenaient, le contexte ne pouvait pas être plus important parce que « sur notre trajectoire actuelle, ces problèmes vont probablement s’aggraver, et non s’améliorer, et avec l’approche des élections cruciales de 2020 aux États-unis et ailleurs, c’est une perspective très effrayante. Quelque chose de radical doit être fait à ce sujet, et vite. »

Il a déclaré que les autorités occidentales n’avaient pas puni ceux qui pratiquaient la manipulation des médias sociaux et autres, et que « le résultat sera que, même si Cambridge Analytica a pu être exposée et finalement fermée, d’autres acteurs encore plus sophistiqués auront été enhardis à s’ingérer dans nos élections et à semer des divisions sociales. »

M. Kaiser a déclaré que le scandale des données de Facebook faisait partie d’une opération mondiale beaucoup plus vaste qui a travaillé avec des gouvernements, des agences de renseignement, des sociétés commerciales et des campagnes politiques pour manipuler et influencer les gens, et qui a eu d’énormes répercussions sur la sécurité nationale.

Les documents non publiés contiennent des informations qui suggèrent que la firme travaillait pour un parti politique en Ukraine en 2017, même si elle faisait l’objet d’une enquête dans le cadre de l’enquête de Mueller, et des courriels qui, selon M. Kaiser, décrivent comment la firme a aidé à développer une « infrastructure sophistiquée de sociétés fictives qui ont été conçues pour canaliser de l’argent sale vers la politique. »

« Il y a des courriels entre les grands donateurs de Trump qui discutent des moyens de dissimuler la source de leurs dons par une série de véhicules financiers différents. Ces documents exposent toute la machinerie de l’argent noir derrière la politique américaine. » La même machinerie, dit-elle, a été déployée dans d’autres pays où Cambridge Analytica a travaillé, y compris, affirme-t-elle, en Grande-Bretagne.

Emma Briant, une universitaire du Bard College de New York, spécialisée dans les enquêtes sur la propagande et qui a eu accès à certains des documents pour ses recherches, a déclaré que ce qui avait été révélé n’était que « la partie émergée de l’iceberg ».

« Les documents révèlent une idée beaucoup plus claire de ce qui s’est réellement passé lors de l’élection présidentielle américaine de 2016, ce qui a une énorme influence sur ce qui se passera en 2020. Ce sont les mêmes personnes impliquées qui, nous le savons, construisent sur ces mêmes techniques », a-t-elle dit.

« Il y a des preuves d’expériences vraiment assez troublantes sur les électeurs américains, les manipulant avec des messages basés sur la peur, ciblant les plus vulnérables, qui semblent se poursuivre. C’est toute une industrie mondiale qui est hors de contrôle, mais ce que cela fait, c’est exposer ce qui se passait avec cette seule entreprise. »

Ce texte a été écrit par Carole Cadwalladr pour Guardian News & Media Ltd

You Might Also Like

Pas de Commentaire

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.