DIGITAL EVENEMENTIEL

Plante ta graine : Open source écologie

Open Source Ecologie (OSE) est une association qui propose de la documentation et des plans open-source afin de créer des machines et des outils de façon autonome. L’ensemble des documents des 50 machines sont mis à disposition sur la plateforme « Global Village Construction Set (GVCS) ». De cette manière OSE œuvre pour une économie open-source.

Selon Wikipedia la désignation open source, « s’applique aux logiciels (et s’étend maintenant aux œuvres de l’esprit) dont la licence respecte des critères précisément établis par l’Open Source Initiative, c’est-à-dire les possibilités de libre redistribution, d’accès au code source et de création de travaux dérivés. Mis à la disposition du grand public, ce code source est généralement le résultat d’une collaboration entre programmeurs. »

Planter des graines c’est bien, avec des outils construits avec des plans en open-source, c’est encore mieux.


Pouvez-vous nous décrire ce que vous faites ? 

Open Source Ecologie participe à un mouvement global qui souhaite faire émerger une sorte de wikipédia de la technique. Pour que les machines et les outils de production de base soient accessibles à chacun.
Plus particulièrement les machines sur lesquelles nous souhaitons travailler sont celles dont on aurait besoin à l’échelle d’un village pour assurer les bases d’une vie simple et écologique (machines agricoles, travail des matériaux simples, énergies renouvelables).
Concrètement, nous concevons des machines ou des objets, nous en faisons des prototypes pour les tester, puis nous publions les plans de façon librement accessible. 

Qu’apporte votre solution aux autres ? 

Nous essayons de travailler sur des projets qui seront utiles dans le monde même si ils sont considérés comme non rentables, et donc inutiles, dans le monde actuel. 
Nous avons notamment beaucoup travaillé sur un concentrateur solaire qui fournit de la vapeur jusqu’à 200°C pour cuire, distiller, pasteuriser, mais aussi alimenter des moteurs ou des pompes. Il reprend un concept industriel, mais il est conçu de façon à pouvoir le fabriquer dans à peu près n’importe quel atelier de mécanicien avec des métaux simples et des outils assez courants. 
Nous avons aussi par exemple travaillé à une ligne de défibrage de chanvre qui extrait la fibre de la plante afin de pouvoir en faire du textile technique et des matériaux de construction d’origine végétale.
Ce sont des projets d’ampleur industrielle, qui même lorsqu’ils sont menés en entreprise nécessitent des années de développement. Donc nous avançons comme nous le pouvons, à notre rythme et dans la bonne humeur !


Quelles sont vos aspirations sur du long terme ? 

En effet, ce projet est essentiellement axé sur le long terme. Il y a une grosse charge de travail à fournir au départ. Mais nous pensons qu’une fois publiées ces informations se révèleront très utiles sur la durée. À terme, ce que nous souhaitons c’est que, sur la base de nos plans collectivement créés et partagés, des installateurs (mécanos, plombiers, etc.) puissent localement monter des outils de production de dimensions artisanales.
Ces outils seraient ainsi complètement adaptés aux énergies et aux matières disponibles localement. Et surtout nous espérons bien que cela pourra se faire à un coût final bien moindre. Car toute la conception initiale, habituellement couverte du secret industriel, aura ici été faite une bonne fois pour toutes, partagée librement, et collectivement améliorée au fil du temps. 

Comment vous servez-vous du numérique pour faire la promotion de votre association ? 

Assez classiquement. Nous avons les outils habituels : site web, réseaux sociaux, newsletter, et notre calendrier public sur Trello. Nous nous retrouvons également sur mumble puisque nous avons des membres aux 4 coins de la France. Ainsi nous nous efforçons de tout documenter sur notre wiki.
L’outil Trello est utilisé pour nous répartir les tâches.  Nous avons également organisé une campagne de crowdfunding sur ulule.
Nous nous rencontrons également dans la vraie vie via les aperOSE qui nous permettent de rencontrer de nouvelles têtes intéresséesNous publions nos manuels de fabrication sur divers sites participatifs de partage de projets similaires (wikifab, instructables).


Retrouvez Open source écologie sur les réseaux :


Inscriptions et programme

Inscriptions à Plante ta graine par mail contact@50a.fr ou sur l’évènement Facebook Plante ta graine. 


Continuer la lecture avec les articles suivants

Interview « La suite du monde ».

Interview « Seed Tour ».

Plante ta graine.

You Might Also Like

Pas de Commentaire

Répondre